Rituximab (RIXATHON®)

  • Structure : AcM chimérique, IgG1k

  • Cible: CD20

  • Mode d'administration : IV

  • Date d'AMM : FDA ? / EMA juin 2017

  • Laboratoires : Sandoz GmbH

  • Indications :

    Lymphomes non-hodgkiniens (LNH) : Rixathon est indiqué en association à une chimiothérapie pour le traitement des patients présentant un lymphome folliculaire de stade III-IV n'ayant jamais été précédemment traités. Rixathon en monothérapie est indiqué pour le traitement des patients atteints de lymphomes folliculaires de stade III-IV en cas de chimiorésistance ou à partir de la deuxième rechute après chimiothérapie.

    Rixathon est indiqué en association à une chimiothérapie « CHOP » (cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine, prednisolone) pour le traitement des patients présentant un lymphome non-hodgkinien agressif diffus à grandes cellules B, CD20 positif.

    Leucémie lymphoïde chronique (LLC) : Rixathon en association à une chimiothérapie est indiqué pour le traitement des patients atteints de leucémie lymphoïde chronique, non précédemment traités et en rechute ou réfractaires.

    Polyarthrite rhumatoïde : Rixathon en association au méthotrexate est indiqué pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active, sévère, chez les patients adultes qui ont présenté une réponse inadéquate ou une intolérance aux traitements de fond, dont au moins un inhibiteur du facteur de nécrose tumorale (anti-TNF).

    Granulomatose avec polyangéite et polyangéite microscopique : Rixathon, en association aux glucocorticoïdes, est indiqué pour le traitement d'induction de la rémission des patients adultes atteints de granulomatose avec polyangéite (GPA) (maladie de Wegener) et de polyangéite microscopique (PAM) sévères et actives.

  • Prix indicatif 2018 : flacon à 100 mg : 166,112 euros. flacon à 500 mg : 830,561 euros.

  • Usage : prescription hospitalière

  • Posologies :

    Lymphome folliculaire non-hodgkinien : La posologie de Rixathon en association à une chimiothérapie en traitement d'induction chez les patients atteints de lymphome folliculaire n'ayant jamais été précédemment traités, en rechute ou réfractaires, est de 375 mg/m2 de surface corporelle par cure et ce, jusqu'à 8 cures.

    Rixathon doit être administré le premier jour de chaque cure de chimiothérapie et ceci après administration intraveineuse du glucocorticoïde du protocole, si approprié.

    Traitement d'entretien : La posologie de Rixathon recommandée en traitement d'entretien, chez les patients atteints de lymphome folliculaire non précédemment traité ayant répondu à un traitement d'induction, est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés une fois tous les 2 mois (en commençant 2 mois après la dernière dose du traitement d'induction) jusqu'à progression de la maladie ou pendant une durée maximale de deux ans. La posologie de Rixathon recommandée en traitement d'entretien, chez les patients atteints de lymphome folliculaire en rechute ou réfractaire ayant répondu à un traitement d'induction, est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés une fois tous les trois mois (en commençant 3 mois après la dernière dose du traitement d'induction) jusqu'à progression de la maladie ou pendant une durée maximale de deux ans.

    La posologie de Rixathon recommandée en monothérapie, dans le cadre d'un traitement d'induction chez les patients adultes atteints de lymphome folliculaire de stade III-IV chimiorésistants ou à partir de la deuxième rechute après chimiothérapie, est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés en perfusion intraveineuse une fois par semaine pendant quatre semaines.

    La posologie recommandée dans le cas d'un retraitement par Rixathon en monothérapie chez les patients ayant un lymphome folliculaire en rechute ou réfractaire qui avaient répondu à un traitement antérieur par le rituximab en monothérapie est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés en perfusion intraveineuse une fois par semaine pendant quatre semaines

    Lymphome non-hodgkinien agressif diffus à grandes cellules B : Rixathon doit être utilisé en association avec une chimiothérapie « CHOP ». La posologie recommandée est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés le premier jour de chaque cure de chimiothérapie, pendant 8 cures, après perfusion intraveineuse du glucocorticoïde du protocole « CHOP ».

    Leucémie lymphoïde chronique : La posologie recommandée de Rixathon en association à une chimiothérapie chez les patients non précédemment traités et en rechute ou réfractaires est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés à J0 du premier cycle, suivis par 500 mg/m2 de surface corporelle administrés à J1 de chaque cycle suivant, pour un total de 6 cycles. La chimiothérapie doit être administrée après la perfusion de Rixathon.

    Polyarthrite rhumatoïde : Un cycle de traitement par Rixathon est constitué de deux perfusions intraveineuses  : 1 000 mg , suivie d'une deuxième perfusion de 1 000 mg à deux semaines d'intervalle. La nécessité de cycles supplémentaires doit être évaluée à la 24e semaine après le cycle précédent. Un nouveau cycle doit être instauré après ce délai s'il persiste une activité résiduelle de la maladie. Sinon, le retraitement devra être reporté et instauré dès que la maladie redevient active.

    Granulomatose avec polyangéite et polyangéite microscopique : La dose recommandée de Rixathon pour le traitement d'induction de la rémission de la granulomatose avec polyangéite et de la polyangéite microscopique est de 375 mg/m2 de surface corporelle, administrés en perfusion intraveineuse une fois par semaine pendant 4 semaines (quatre perfusions au total).

  • Mécanisme d'action :

Le rituximab est un anticorps anti-CD20 (récepteur associé au BcR) est utilisé dans les lymphomes folliculaires surexprimant le CD20 et dans les PR sévères ou résistantes au méthotrexate ou à au moins un anti-TNF. Il permet la mort cellulaire via 3 voies immunologiques : 1. La fixation de l'AcM sur le CD20 active le complément pour former un complexe d'attaque membranaire ce qui provoque la lyse de la cellule par mécanisme de CDC. 2. La liaison du rituximab aux LcB permet l'interaction avec les cellules NK via le FcgRIII ce qui provoque la mort par ADCC. 3. Le Fc du rituximab permet de recruter des macrophages via le FcgR et ceci aboutit à la mort cellulaire par apoptose et ADCC

  • Effets indésirables les plus fréquents: Œdème périphérique, arthralgie, infection respiratoire haute, infection bactérienne et virale

  • Contre-indications : hypersensibilité au médicament, patient avec infection sévère ou déficit immunitaire

  • Principales références :

    - Résumé des caractéristiques produit (EMA) [pdf]

    - Avis de la HAS sur Rixathon