Inotuzumab ozogamicin (BESPONSA®)

  • Structure : AcM humanisé (IgG4) lié au N-acétyl-gamma-calichéamicine diméthylhydrazide

  • Cible: CD22

  • Mode d'administration : IV

  • Date d'AMM : FDA Aout 2017 / EMA Juin 2017

  • Laboratoires : Pfizer

  • Indications : patients adultes présentant une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) à précurseurs B, d'expression positive du CD22 en rechute ou réfractaire. Les patients adultes présentant une LAL à précurseurs B en rechute ou réfractaire, avec chromosome Philadelphie positif (Ph+) doivent avoir subi un échec de traitement avec au moins 1 inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK)

  • Prix indicatif :

  • Usage : hospitalier

  • Posologies : L'administration de BESPONSA doit être effectuée par cycles de 3 à 4 semaines. Pour les patients éligibles à une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH), la durée de traitement recommandée est de 2 cycles. Pour le premier cycle, la dose totale recommandée de BESPONSA est de 1,8 mg/m2 par cycle pour tous les patients, administrée en 3 doses fractionnées les jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2). Le Cycle 1 s'étend sur 3 semaines mais cette durée peut être étendue à 4 semaines si le patient obtient une rémission complète (RC) ou une rémission complète avec récupération hématologique partielle (RCh), et/ou pour permettre une résolution d'une toxicité. Pour les cycles suivants, la dose totale recommandée de BESPONSA est de 1,5 mg/m2 par cycle, administrée en 3 doses fractionnées les jours J1 (0,5 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) pour les patients obtenant une RC/RCh ; ou de 1,8 mg/m2 par cycle, administrée en 3 doses fractionnées aux jours J1 (0,8 mg/m2), J8 (0,5 mg/m2) et J15 (0,5 mg/m2) pour les patients n'obtenant pas une RC/RCh. Les cycles suivants durent 4 semaines.

  • Mécanisme d'action :

La N-acétyl-gamma-calichéamicine est liée par covalence à l'anticorps via un agent de liaison dissociable par un acide. L'activité anticancéreuse de BESPONSA est due à la liaison de l'anticorps conjugué aux cellules tumorales exprimant le CD22, suivie par l'internalisation du complexe anticorps conjugué-CD22, et par la libération intracellulaire du N-acétyl-gammacalichéamicine diméthylhydrazide par le clivage hydrolytique de l'agent de liaison. L'activation du N-acétyl-gamma-calichéamicine diméthylhydrazide cause des ruptures des doubles brins d'ADN, induisant par la suite un arrêt du cycle cellulaire et une mort cellulaire apoptotique